logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Contraceptions mode d’emploi. Ecrivez à J’ai Lu pour qu’ils me demandent une édition mise à jour !!!

Voir aussi :

A la Une
- La maltraitance médicale est (vécue comme) un viol
- Touche pas à mon prépuce !!!
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Contraception, IVG, ligature de trompes, accouchement, respect des patientes : en 2013, en France, il y a encore beaucoup à faire pour que les femmes soient bien soignées
- #PrivésdeMG — Médecine générale : dernier arrêt avant le désert
- Souvent, soigner c’est facile
- Le refus de contraception est un viol !
- "3 millimètres "
- Aidons les citoyen(ne)s qui ne veulent pas avoir d’enfant à exercer leur liberté !!!!
- Au vingt-et-unième siècle, un trop grand nombre de médecins français continuent à maltraiter les femmes

Contraception et gynécologie >


DIU et implant sont les méthodes contraceptives les plus efficaces, et de loin !!!!
par Marc Zaffran/Martin Winckler
Article du 28 mai 2012

Ce n’est pas une surprise pour les lectrices/teurs de ce site, l’efficacité des méthodes contraceptives est souvent mésestimée à la fois par les médecins et les utilisatrices. Un papier publié tout récemment dans une des revues médicales anglo-saxonnes les plus prestigieuses, le New England Journal of Medicine, enfonce le clou.

L’article (disponible en anglais en cliquant sur l’icône au bas de cet article) est très clair.

J’en reproduis ici les conclusions :

Among the 7486 participants included in this analysis, we identified 334 unintended
pregnancies. The contraceptive failure rate among participants using pills,
patch, or ring was 4.55 per 100 participant-years, as compared with 0.27 among
participants using long-acting reversible contraception (hazard ratio after adjustment
for age, educational level, and history with respect to unintended pregnancy,
21.8 ; 95% confidence interval, 13.7 to 34.9). Among participants who used pills,
patch, or ring, those who were less than 21 years of age had a risk of unintended
pregnancy that was almost twice as high as the risk among older participants.
Rates of unintended pregnancy were similarly low among participants using DMPA
injection and those using an IUD or implant, regardless of age.

The effectiveness of long-acting reversible contraception is superior to that of contraceptive
pills, patch, or ring and is not altered in adolescents and young women.

Traduction :

Parmi les 7486 participantes incluses dans l’analyse, nous avons identifié 334 grossesses non désirées. La fréquence des échecs de contraception parmi les utilisatrices de pilule, de patch ou d’anneau vaginal a été de 4,55 pour 100 années-femme (autrement dit : 4,55 grossesses par an pour 100 utilisatrices) contre 0,27 (grossesses par an pour 100 femmes) chez les utilisatrices de méthodes de longue durée (DIU, implant, injectables). (...) Parmi les utilisatrices de pilule, de patch ou d’anneau, celles qui étaient âgées de moins de 21 ans avaient un risque de grossesse non désirée deux fois plus élevé que pour les utilisatrices plus âgées. La fréquence des grossesses non désirées était faible chez toutes les utilisatrices de DIU, d’implant, ou d’injections de progestatifs, quel que soit leur âge.

L’efficacité des méthodes de contraceptions réversibles de longue durée (injections, DIU, implant) est supérieure à celle des contraceptions par pilule, patch ou anneau et n’est pas différente pour les adolescentes et les jeunes femmes.

Cette étude renforce le message qu’il est important de faire passer à toutes les utilisatrices ;

Plus vous êtes jeune, plus le risque d’échec de contraception avec une pilule, un patch ou un anneau vaginal est élevé. Si vous voulez éviter une grossesse non désirée, utilisez un DIU ("stérilet"), un implant (Nexplanon) ou, dans les pays où elles sont disponibles, des injections de progestatifs (Dépo-Provera).

Et si votre médecin doute, envoyez lui l’étude du NEJM... (téléchargeable ci-dessous).

Marc Zaffran/Martin Winckler


Efficacité des contraceptifs (New England Journal of Medicine, 2012)

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé