logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Contraception
- Dix idées reçues sur la contraception
- Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur l’implant contraceptif
- Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")
- J’ai arrêté ma contraception il y a quelques semaines et je ne suis toujours pas enceinte. Que se passe-t-il ?
- La légende du DIU et des anti-inflammatoires
- Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
- Diane 35 et ses génériques : le principal risque, c’est la grossesse non désirée...
- Comment s’y retrouver, parmi toutes ces pilules ?
- La pilule : Comment la prendre ? Que faire quand on l’oublie ? (version mise à jour)
- Pilule "Jasmine" : à ne pas utiliser n’importe comment !

Contraception et gynécologie >


Oui ! On peut prendre la pilule sans interruption !
Article du 22 avril 2006

Lorsque la pilule contraceptive a été conçue, il était prévu que les utilisatrices la prennent en continu. Mais qui dit pilule en continu dit : "Pas de règles chaque mois". Quarante ans après l’apparition de cette contraception, est-il indispensable d’arrêter la pilule une semaine par mois ? La réponse est : " Non ". Et les arguments ne manquent pas.

1° La semaine d’arrêt de la pilule a été instaurée pour que les femmes aient des règles une fois par mois, afin d’ imiter le cycle "naturel". Mais ces règles ne sont pas de vraies règles. Elles sont provoquées artificiellement par... l’arrêt des comprimés.

Le fait d’avoir des règles tous les mois n’a rien de "naturel" non plus. Les anthropologues estiment que les femmes des XXe-XXIe siècles ont leurs règles trois fois plus souvent que celles qui vivaient avant le XXe siècle : elles ont moins d’enfants - et sont donc moins longuement enceintes et allaitent moins, sont pubères plus tôt et ménopausées plus tard parce qu’elles sont mieux nourries et en meilleure santé.

La prise continue (6 semaines ou 9 semaines de suite) a beaucoup d’avantages pour la santé
- les femmes migraineuses, dont les maux de tête apparaissent pendant la semaine d’arrêt n’en ont pas aussi souvent ;
- les symptômes prémenstruels (douleurs du bas-ventre, gonflement des seins, crampes pendant les règles) sont trois fois moins fréquents ;
- les anémies par perte en fer consécutives aux règles abondantes sont moins fréquentes ;
- pour les femmes souffrant d’endométriose, la pilule " en continu " constitue un traitement efficace des douleurs intenses que la maladie provoque ;
- les femmes souffrant de maladie polykystique des ovaires sont mieux soulagées ;
- les femmes souffrant d’épilepsie dont les crises sont souvent provoquées par l’arrêt de la pilule ou au moment des règles en font moins !

La prise continue de la pilule augmente l’effet contraceptif !
En effet, c’est l’oubli en début de plaquette (après les 8 jours d’arrêt) qui est le plus souvent la cause d’une grossesse !

La "prise continue" est déjà la situation des femmes qui utilisent d’autres méthodes contraceptives !!!

- implant (progestatifs en permanence pendant 3 ans !
- DIU hormonal (progestatifs en permanence pendant 5 ans !)
- progestatifs injectables (1 injection tous les 3 mois sans "pause" entre deux injections)
- pilules progestatives (Cérazette, Microval, prises 365 jours par an)
- progestatifs puissants (Lutényl, Lutéran, Surgestone) qui peuvent être prescrits comme contraception 3 semaines par mois, mais aussi en continu par exemple chez les femmes atteintes d’endométriose, qui souffrent si elles ont des règles.

Par conséquent, non seulement rien ne s’oppose à ce qu’on prenne une pilule "combinée" (contenant estrogène + progestatif) en continu, mais ça devrait être la norme !!!


Quelles pilules peut-on prendre en continu, 6 ou 9 semaines de suite ?

Les pilules " monophasiques ", dont les comprimés sont tous identiques (exemple : Cilest, Cycléane, Harmonet, Minidril, Varnoline, etc.) sont les plus pratiques. Avec les pilules biphasiques (qui contiennent des comprimés de deux couleurs) et triphasiques (comprimés de trois couleurs) la prise continue provoque parfois chez certaines femmes un "spotting" des pertes brunâtres, des saignements passagers, parfois persistants, qui peuvent être gênants. Néanmoins, ces saignements sont sans dangers et ils n’empêchent pas toutes les femmes de prendre plusieurs plaquette sans interruption. Donc, vous avez le droit d’essayer avec n’importe quelle pilule. Si vous finissez par avoir un spotting, il suffit d’arrêter toute prise de pilule pendant 4 ou 5 jours (pour avoir des règles) et de la reprendre ensuite (même si les règles ne sont pas complètement terminées.

Aux Etats-Unis, la Food and Drug administration vient d’agréer une pilule nommée Seasonale, qui contient trois mois de prise interrompue. Sa composition n’est autre que celle de Minidril, une pilule couramment employée dans le monde entier. Mais sous forme de plaquette à prendre pendant trois mois d’affilée (84 jours de pilule + 7 jours d’arrêt !)


J’oublie de temps en temps ma pilule ? Que puis-je faire pour augmenter l’efficacité de ma contraception ?

Réduisez le délai entre deux plaquettes en ne laissant passer que quatre jours
OU
Prenez deux ou trois plaquettes d’affilée (si vous le faiteslà, un oubli n’a pas grande importance : il faut rester plus de 7 jours sans prendre la pilule pour qu’une ovulation se produise et qu’une grossesse soit possible).
OU
Envisagez une autre contraception - DIU (" stérilet ") ou implant contraceptif.

Pour en savoir plus :
Contraceptions mode d’emploi, édition 2003, Editions Au Diable Vauvert

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé