logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Contraceptions mode d’emploi. Ecrivez à J’ai Lu pour qu’ils me demandent une édition mise à jour !!!

Voir aussi :

Allaitement et Contraception
- Touche pas à ma grossesse ! (Contraception : Questions/ Réponses 104)
- Absence de règles avec Nuvaring (Contraception : Questions/Réponses 92)
- Allaitement et pilule du lendemain (Contraception : Questions/Réponses 91)
- Migraine avec aura et contraception (Contraception : Questions/Réponses 87)
- IVG et attente d’une grossesse (Contraception : Questions/Réponses 85)
- Préservatif, MST et Contraception (Contraception : Questions / Réponses 84)
- Pourquoi utilise-t-on tant Minesse et Mélodia chez les adolescentes ? (Contraception : Questions/Réponses 79)
- La pilule est-elle dangereuse pour le foetus ? (Contraception : Questions/Réponses 71)
- Peut-on continuer à utiliser Jasmine après 45 ans ? (Contraception : Questions / Réponses 54)

Cancer et Contraception
- DIU et épilepsie (Contraception : Questions/Réponses 103)
- Préservatif féminin et première fois (Contraception : Questions/Réponses 102)

Contraception Post Partum
- L’ovulation peut-elle VRAIMENT être déclenchée par un rapport sexuel ? (Contraception : Questions/Réponses 70)
- Est-il possible de se retrouver enceinte en prenant la pilule ? (Contraception : Questions / Réponses 60)

DIU Mirena
- Témoignage sur Nuvaring (Contraception : Questions/Réponses 105e et dernier)
- Pilule, glaucome et migraine (Contraception : Questions/Réponses 99)
- Fibrome et saignements (Contraception : Questions/Réponses 98)
- Qui pose les implants ? (Contraception : Questions/Réponses 97)
- Pour ou contre la vaccination anti-HPV ? (Contraception : Questions/Réponses 96)
- Fertilité et maladie de Crohn (Contraception : Questions/Réponses 95)
- HPV et désir de grossesse (Contraception : Questions/Réponses 94)
- A quelle vitesse les spermatozoïdes grimpent-ils ? (Contraception : Questions/Réponses 93)
- Malade avec Nuvaring ? (Contraception : Questions/Réponses 88)
- Le Norlevo est-il dangereux pour une grossesse en cours ? (Contraception : Questions/Réponses 80)

Implant Contraceptif
- Un bébé à 44 ans ? (Contraception : Questions/Réponses 101)
- Peut-on abîmer son implant ? (Contraception : Questions/Réponses 100)
- Désir de grossesse et gynéco terroriste (Contraception : Questions/Réponses 90)
- Grossesse sur DIU (Contraception : Questions/Réponses 89)
- Taille de DIU et taille de l’utérus (Contraception : Questions/Réponses 82)
- Implant ou DIU : que choisir ? (Contraception : Questions/Réponses 81)
- Peut-on avoir des règles tout en étant enceinte ? (Contraception : Questions/Réponses 78)
- DIU et Streptocoques B (Contraception : Questions/Réponses 76)
- Désir de Grossesse après IVG (Contraception : Questions/Réponses 73)
- Comment traiter des règles abondantes d’un DIU au cuivre ? (Contraception : Questions/Réponses 72)

Intéractions Contraception / Médicaments
- Contraception : comment l’ignorance médicale et le marketing industriel mettent les femmes en danger... et comment en réchapper !
- Pilule et accident vasculaire cérébral (Contraception : Questions/Réponses 68)
- La pilule a-t-elle des effets sur le psychisme ? (Contraception : Questions / Réponses 63)
- Pilule, cholestérol et préservatifs (Contraception : Questions / Réponses 55)
- La pilule du lendemain est-elle dangereuse pour l’organisme ? (Contraception : Questions / Réponses 52)

Minidril / Ludéal Gé
- Quand et comment doit-on se faire examiner les seins ? (Contraception : Questions/Réponses 64)
- Si l’un de vos parents a fait une phlébite ou une embolie pulmonaire, ne prenez pas de pilule contenant des estrogènes !!! (Contraception : Questions / Réponses 57)

Triafémi

Contraception et gynécologie >


Est-il dangereux de prendre la pilule quand il existe des antécédents familiaux de cancer du sein ? (Contraception : Questions / Réponses 58)
Article du 6 novembre 2005

Les sujets abordés cette semaine :
- Est-il dangereux de prendre la pilule quand il existe des antécédents familiaux de cancer du sein ?
- Rifadine et pilule
- Mirena bis
- Allaitement et surdosage de Ludéal Gé
- DIU après accouchement
- Implant et absence de règles
- Combien de temps peut-on garder l’implant quand on est obèse ?


- Est-il dangereux de prendre la pilule quand il existe des antécédents familiaux de cancer du sein ?

J’ai 51 ans et deux filles (18 et 21ans). Ma mère est décédée d’un cancer du sein qui s’est généralisé à 41 ans. Dans sa « lignée », 5 femmes ont été atteintes dont 2 vers 40 ans. Dans la génération suivante, dont je fais partie, aucune des 4 femmes ne sont pour l’instant atteintes, les autres sont plus âgées que moi. Je me fais surveiller, mais mes interrogations sont maintenant pour
mes filles car hier et pour la 1ère fois, un médecin m’a affirmé, voire ordonné JAMAIS D’ESTROGENES dans une famille à cancer du sein !

Et bien sûr mes filles prennent la pilule. Alors que dois-je penser, et surtout quels conseils dois-je faire suivre à mes filles, que j’ai élevées avec une bonne connaissance de leur hérédité ?
C.

Avant tout, il est utile de rappele que le "risque" de cancer du sein est un calcul de probabilité, pas une certitude. Ainsi, le premier facteur de risque, c’est le temps : le nombre de cancers augmente avec l’âge des femmes.

A 30 ans il est de 1 sur 2,525 autrement dit : 1 femme sur 2525 présente un cancer à cet âge)
A 40 ans 1 sur 217
A 50 ans 1/50
A 60 ans 1/24
A 70 ans 1/14
A 80 ans 1/10

Ca veut dire (il ne faut pas l’oublier...) : à 40 ans, 216 femmes sur 217 n’ONT PAS de cancer du sein. A 50 ans, 98 femmes sur 100 N’EN ONT PAS non plus, etc.

Si l’on suppose qu’un antécédent familial de cancer du sein chez la mère multiplie le risque par deux, ça veut dire qu’à 40 ans, votrerisque était de 1/1275 (à peu près). Et pourtant, à 40 ans, vous n’avez pas eu de cancer...

Vos filles, pour l’heure, ont plutôt un risque moindre puisque ni leur mère ni leurs tantes ne sont atteintes (et elles sont plus âgées que vous...)
Même si vos filles avaient un risque identique au vôtre (si vous ou l’une de vos soeurs avaient eu un cancer, donc) l’augmentation du risque induit par la prise de pilule est indépendante (elle n’augmente pas celle) d’un antécédent familial. Autrement dit : ce ne sont pas des risques qui s’ajoutent ou se multiplient.

L’augmentation du risque liée à la prise de pilule est très faible : à 45 ans, on trouve 11 cancers sur 10 000 femmes ayant pris la pilule, 10 cancers sur 10 000 femmes qui ne l’ont jamais prise. Et cette augmentation de risque ne concerne que les femmes qui ont pris la pilule jusqu’à 40 ou 45 ans. Le risque, en effet, redevient identique à celui de la population générale lorsque les femmes arrêtent la pilule (ou en tout cas, cessent de prendre une pilule contenant un estrogène) à l’âge de 35 ans.

A l’heure actuelle, vos filles sont essentiellement susceptibles... d’être enceintes si elles ont une sexualité sans contraception. Leur urgence, c’est ça. A leur âge, le risque de cancer est inexistant, même avec des antécédents familiaux et en prenant la pilule.

Expliquez-leur qu’elles devront, bien sûr, être suivies, et qu’il est probablement préférable qu’après 35 ans elles n’utilisent plus de contraception contenant des estrogènes (c’est préférable pour toutes les femmes, avec ou sans antécédent familial). Mais en dehors de ça, raisonnablement, je pense que vous pouvez vivre et dormir tranquille.



- Rifadine et pilule

Etudiante en médecine, j’ai été à l’hôpital en contact avec un cas de méningite. On m’a donc prescrit en traitement prophylactique de la Rifadine, en me demandant bien si j’étais enceinte mais sans me demander quoique ce soit sur ma pilule. Je suis sous Triafémi.

J’ai commencé la Rifadine le jour de mon 7e comprimé de pilule. Le traitement sous Rifadine dure 2 jours. Entre temps je m’étais renseignée sur internet et j’ai découvert que cet antibiotique diminuait l’efficacité de la pilule donc je me suis protégée. Puis après le 10e comprimé de ma pilule j’ai commencé à avoir mes règles. J’ai continué à la prendre un jour (11e comprimé) puis j’ai arrêté un jour car je pensais que c’était mieux de faire là ma pause pour les règles puis commencer 7 jours après une nouvelle plaquette.

Mais j’ai finalement appelé ma gynéco qui m’a dit de continuer ma pilule, donc j’ai pris le comprimé en retard et je m’apprête à continuer à prendre ma pilule. Je voulais savoir si il était cependant possible de ne pas attendre une semaine d’arrêt et d’enchaîner direct avec une nouvelle plaquette pour ne pas avoir de nouveau mes règles et être protégée plus vite car je n’aime pas l’utilisation de préservatifs.
L.

Oui, la rifampicine (Rifadine, Rimactan) accélère la dégradation de la pilule contraceptive par le foie. Si vous étiez sous Rifadine pour un traitement antituberculeux, on aurait dû vous dire de changer de pilule et vous donner du Stédiril, par exemple (dosé deux fois plus) ou vous proposer un DIU. Même pour deux jours de traitement, et même si la demi-vie de la Rifadine est courte (3 heures) on aurait dû vous demander quelle contraception vous aviez, et vous conseiller de prendre des précautions supplémentaires. . Mais manifestement, l’indifférence à l’égard des risques continue à être totale en ce domaine...

Les saignements que vous avez eus au bout de 10 jours sont le témoin de cette inactivation partielle (et temporaire) de votre pilule : la moindre dose d’estrogènes efficace dans les jours qui ont suivi l’administration de la Rifadine a entraîné un "spotting".
Dans ce type de situation, il vaut toujours mieux continuer la pilule, en prenant des précautions supplémentaires (préservatifs ou abstinence) pendant au moins 10 jours après (ou depuis) l’arrêt de la Rifadine.

Et oui, vous pouvez enchaîner deux plaquettes ce sera plus prudent. Par ailleurs, n’hésitez pas à appeler le médecin qui vous a prescrit le traitement pour qu’il ne commette pas la même erreur. Vous êtes étudiante en médecine, vous avez des ressources. Tout le monde ne les a pas. Inutile que ce médecin mette d’autres personnes en difficultés.



- Mirena bis

Je viens de faire changer MON Mirena qui avait 5 ans : je dis bien MON Mirena, car c’est super : avant, même sous pilule, j’avais des règles très abondantes, je faisais souvent de l’anémie... Pendant 5 ans : le bonheur : plus de règles, plus d’oublis de pilule !

Mais là, ça fait 10 jours que j’ai mon nouveau Mirena, et je suis très irritable, j’ai les idées plutôt noires. J’ai aussi des boutons, que je n’avais pas avant le changement de Mirena. Je ne me rappelle pas avoir eu tout ça il y a 5 ans... Est-ce que l’ancien Mirena distribuait moins de progestérone et le nouveau beaucoup plus ? Est-ce la cause de mes soucis ?
C.

Ce qu’il y a de bien avec une méthode comme celle-là, c’est qu’on oublie les désagréments du début. Au tout début de son utilisation (les 3-4 premiers mois), le Mirena délivre une plus grande quantité d’hormones, qui peuvent entraîner tout ça (y compris des maux de tête, des petits saignements transitoires - "spotting" vaginal - ou un gonflement des seins). C’est très fréquent juste après le remplacement d’un DIU et du suivant. Donc, ne vous inquiétez pas. Ça devrait s’arranger assez vite, et vous l’oublierez rapidement, jusqu’à la prochaine fois !



- Allaitement et surdosage de Ludéal Gé

J’allaite ma fille depuis 1 an et je prenais comme pilule Cérazette. A ma dernière visite, mon médecin généraliste ma changé ma pilule pour me donner Ludéal Gé. Mais je viens de me rendre compte que cette pilule, contrairement à Cérazette (28 jours sans arrêt) se prend pendant 21 jours. Je ne me suis pas méfiée et j’ai pris cette pilule comme Cérazette, sans une interruption de 7 jours, je n’ai pas encore eu de retour de couche, ça me paraissait donc normal.

Mais depuis 2 jours j’ai eu quelques nausées, est-ce que l’on peut considérer que c’est un surdosage ? Est ce que Ludéal Gé est utilisée quand on allaite et que l’on a pas de retour de couche ?
D.

Si vous continuez à allaiter votre fille, je ne vois pas pourquoi on vous a changé de pilule : il y a des estrogènes dans Ludéal Gé, et ça n’est pas souhaitable, d’abord parce que ça passe dans le lait, et ensuite parce que ça coupe l’allaitement. Vous avez probablement fait un léger surdosage, c’est pas grave, mais repassez à Cérazette dès que possible, ou faites-vous poser un DIU au cuivre : ainsi, il n’y aura plus de problème du tout jusqu’au jour où vous voudrez à nouveau être enceinte : il suffira de le faire retirer.



- DIU après accouchement

Je m’apprête à mettre au monde mon troisième enfant. Celui-ci, bien que désiré, est arrivé un peu par surprise. En effet, j’allaite mes enfants jusqu’à leur sevrage naturel. Par conséquent, j’ai des retours de couches très tardifs (12-13 mois après l’accouchement) et des cycles très irréguliers (2-4 mois).

Suite à ma première grossesse, j’ai abandonné définitivement la pilule progestative car j’ai découvert qu’elle était responsable de bon nombre de "désagréments", tels que disparition de la libido et dépression.

Le préservatif ne nous convenant pas, nous avons opté pour les spermicides locaux qui ont été très efficaces, tant que nous étions très rigoureux dans leur utilisation. Mais en février dernier, quelques oublis, quelques maladresses ... et notre 3ème enfant s’est annoncé (nous en étions très heureux) tout juste après mon retour de couches.

Aujourd’hui, nous ne souhaitons plus agrandir notre famille (enfin, on ne sait jamais, dans un autre monde ...). Par conséquent, nous nous posons la question d’une contraception plus efficace, et pour ma part, la plus naturelle possible, sans perturbation des cycles (mêmes s’ils sont irréguliers) et de mon corps.

Le DIU s’impose donc à moi, mais ... voilà enfin ma question : plusieurs gynécologues ont refusé de me poser un DIU avant mon retour de couches, car il semblerait que le taux de rejet soit important. Le problème, c’est qu’attendre mon retour de couches, c’est prendre des risques (à moins de s’en tenir au préservatif ce que je ne souhaite vraiment pas).

Ce risque est-t-il réellement fondé ? Est-il plus important que le risque d’une grossesse non désiré ? Est-ce qu’attendre 6-8 mois après l’accouchement ne serait pas un délai raisonnable (j’allaite à 100% durant cette période, de jour comme de nuit) pour poser un DIU ?
A.

Attendre le retour de couches, c’est s’exposer à une nouvelle grossesse. Alors, n’attendez pas. En Afrique (où les femmes allaitent 2 ans), on pose les DIU au bout de 2 mois. On n’attend pas le retour de couches, mais seulement que l’utérus ait repris sa taille. Si vous craignez que 2 mois ça soit trop tôt, attendez trois, quatre mois maximum et allez vous faire poser un DIU. Dites que vous aurez eu un retour de couches mais que vous continuez à allaiter. Et voilà tout.



- Combien de temps peut-on garder l’implant quand on est obèse ?

Je travaille à Mayotte dans le cadre de la pmi, et enfin depuis juillet nous avons accès à l’Implanon, bien mieux accepté que le DIU (d’autant qu’aux Comores voisines existe le Norplan depuis des lustres). Nous avons néanmoins un problème avec la durée d’utilisation chez les obèses (assez fréquentes ici) : la fiche technique dit moins de 3ans (?), la responsable du labo nous a dit 2ans (mais on a vu que les DIU avaient été limités aussi !), un collègue sage femme ayant travaillé en Polynésie, où les obèses ne sont pas rares, nous dit qu’on les laissait 3 ans)

Il parait que l’efficacité de l’Implanon serait de 5 ans mais que c’est par sécurité que le labo limite à 3 ans ?
Avez-vous une idée de ce qu’on peut sans risque proposer ?
M.

L’implant est effectivement moins longtemps efficace chez la femme obèse. Je leur conseille de le changer au bout de 2 ans, en sachant qu’elles pourront peut-être le garder 2 ans 1/2 ou 3, en fonction de leur poids. Quand l’implant entraîne une aménorrhée, je leur dis que le retour des règles au bout de 2 à 3 ans signe la diminution d’efficacité, et qu’il vaut mieux alors le changer.

Il en va de même avec les femmes de poids normal, qui parfois le gardent... 3 ans 1/2. Je ne crois pas qu’on puisse le laisser en place plus longtemps sans risque, et d’ailleurs, les femmes sont trop inquiètes. Mais vous pouvez sans aucun doute vous laisser guider par votre intuition clinique et par les signes que présente la femme.

En revanche, les DIU sont limités sans raison. Un DIU au cuivre peut être laissé en place au moins 5 à 7 ans, le TT 380 au moins 10 ans. Seul le Nova T 200 ne doit pas être laissé plus de 3 ans. Lui, on sait qu’il est inefficace après, en raison de sa faible surface de cuivre.



- Implant et absence de règles

Je suis sous implant depuis 1991, changé l’année dernière en juin. J’ai toujours eu des règles abondantes et régulières depuis. Je suis obèse.
Je me suis fait poser un anneau gastrique en août l’année dernière. J’ai eu une gastro compliquée par une gastrite aigue cet été, j’ai été sous
Mopral pendant quelques jours (en perf et puis des comprimés), puis l’on m’a retiré l’anneau, sous anesthésie générale, la gastrite ne guérissant pas.

J’ai eu mes règles le jour même de l’opération puis depuis plus rien, cela fait 2 mois.
Ma question : est ce que le
Mopral diminue l’efficacité de l’implant, est- ce qu’une anesthésie générale peut diminuer l’efficacité de l’implant, bref y a t-il pour moi risque de grossesse ?
D.

L’implant est efficace pour les femmes obèses, mais moins longtemps que pour les autres. (On préfère le changer au bout de 2 ans). Vous ne dites pas quel poids vous pesez. Si on vous a posé un anneau gastrique, c’est que vous souffrez d’une obésité importante, j’imagine. Le Mopral pourrait, en théorie, modifier l’absorption d’un médicament par la bouche, mais pas l’hormone de l’implant, qui passe directement dans le sang. L’anesthésie générale n’a pas non plus vraiment de raison d’inactiver votre implant, en tout cas pas pendant 2 mois. (Et j’imagine que vous n’avez pas eu des rapports sexuels juste après l’intervention...) Est-ce que vous avez pris d’autres médicaments depuis ?

En revanche, le stress subi à l’occasion de cette intervention peut très bien vous avoir mise en aménorrhée (puisque vous ne l’étiez pas déjà avec l’implant) et expliquer votre absence de règles depuis deux mois. Ca ne fait que deux mois. Pour une porteuse d’implant, ça n’est pas beaucoup : 30 à 50 % d’entre elles n’ont pas de règles pendant 2 à 3 ans. Et oui, ça peut commencer au bout d’une année d’utilisation. Alors, bien sûr, une grossesse est toujours possible, et vous avez raison de vérifier, mais je ne crois pas que si vous étiez enceinte ce serait à cause du Mopral ou de l’anesthésie.


IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé