logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche

Voir aussi :

Contraception et Psychisme
- Le désir des femmes, le paradis et l’enfer
- Désir de grossesse et gynéco terroriste (Contraception : Questions/Réponses 90)

DIU et Nulliparité
- DIU et Nullipares : une expérience négative
- Comment traiter des règles abondantes d’un DIU au cuivre ? (Contraception : Questions/Réponses 72)
- Après une IVG, quand faut-il commencer sa pilule ? (Contraception : Questions / Réponses 65)

Harmonet
- A quelle vitesse les spermatozoïdes grimpent-ils ? (Contraception : Questions/Réponses 93)
- Pilule en continu et pertes blanches (Contraception : Questions/Réponses 67)

Implant Contraceptif
- Témoignage sur Nuvaring (Contraception : Questions/Réponses 105e et dernier)
- Touche pas à ma grossesse ! (Contraception : Questions/ Réponses 104)
- DIU et épilepsie (Contraception : Questions/Réponses 103)
- Un bébé à 44 ans ? (Contraception : Questions/Réponses 101)
- Peut-on abîmer son implant ? (Contraception : Questions/Réponses 100)
- Fibrome et saignements (Contraception : Questions/Réponses 98)
- Qui pose les implants ? (Contraception : Questions/Réponses 97)
- Pour ou contre la vaccination anti-HPV ? (Contraception : Questions/Réponses 96)
- Fertilité et maladie de Crohn (Contraception : Questions/Réponses 95)
- Allaitement et pilule du lendemain (Contraception : Questions/Réponses 91)

Intéractions Contraception / Médicaments
- Contraception : comment l’ignorance médicale et le marketing industriel mettent les femmes en danger... et comment en réchapper !
- Pilule et accident vasculaire cérébral (Contraception : Questions/Réponses 68)
- Est-il dangereux de prendre la pilule quand il existe des antécédents familiaux de cancer du sein ? (Contraception : Questions / Réponses 58)
- Pilule, cholestérol et préservatifs (Contraception : Questions / Réponses 55)
- La pilule du lendemain est-elle dangereuse pour l’organisme ? (Contraception : Questions / Réponses 52)

Lutéran
- Premiers rapports sexuels sans préservatifs (Contraception : Questions/Réponses 83)
- Quelle pilule peut-on prendre en continu ? (Contraception : Questions/Réponses 66)
- Est-il possible de se retrouver enceinte en prenant la pilule ? (Contraception : Questions / Réponses 60)
- Pourquoi le DIU Sertalia est-il toujours en vente ? (Contraception : Questions / Réponses 53)

Migraines et Contraception
- Pilule, glaucome et migraine (Contraception : Questions/Réponses 99)
- Migraine avec aura et contraception (Contraception : Questions/Réponses 87)
- Quand et comment doit-on se faire examiner les seins ? (Contraception : Questions/Réponses 64)
- Pilule et migraine (Contraception : Questions / Réponses 62)

Minesse
- Pourquoi utilise-t-on tant Minesse et Mélodia chez les adolescentes ? (Contraception : Questions/Réponses 79)
- L’ovulation peut-elle VRAIMENT être déclenchée par un rapport sexuel ? (Contraception : Questions/Réponses 70)

Pilule en Continu
- HPV et désir de grossesse (Contraception : Questions/Réponses 94)
- Malade avec Nuvaring ? (Contraception : Questions/Réponses 88)
- Implant ou DIU : que choisir ? (Contraception : Questions/Réponses 81)
- DIU et Streptocoques B (Contraception : Questions/Réponses 76)
- Que faire quand on est un homme et porteur du HPV ? (Contraception : Questions / Réponses 74)
- Si l’un de vos parents a fait une phlébite ou une embolie pulmonaire, ne prenez pas de pilule contenant des estrogènes !!! (Contraception : Questions / Réponses 57)
- Quand arrêter la pilule prise en continu pour avoir des règles ? (Contraception : Questions / Réponses 51)

Stédiril

Contraception et gynécologie >


La pilule a-t-elle des effets sur le psychisme ? (Contraception : Questions / Réponses 63)
Article du 22 décembre 2005

Les sujets abordés cette semaine :
- La pilule a-t-elle des effets sur le psychisme ?
- Absence de règles et prise de poids
- DIU, allergie ou mycose ?
- Pilule, migraine et absence de partenaire régulier
- Effets secondaires de l’implant progestatif
- DIU au Cuivre, Stédiril et barbituriques
- Lutéran 10
- Electrostimulation et DIU


- La pilule a-t-elle des effets sur le psychisme ?

J’ai une petite question à vous poser à propos des effets secondaires de la pilule. J’ai commencé à prendre la pilule en septembre 2004 (la pilule Lowette ; j’ai 23 ans). Très vite, j’ai commencé à pleurer régulièrement sans raisons, j’étais beaucoup plus sensible, susceptible. J’ai même eu énormément de mal de vivre en février passé. Cependant ; j’ai commencé à prendre la pilule en même temps que pas mal de changements dans ma vie. Bref ; j’ai cherché des raisons psychologiques ; etc.

J’ai switché vers l’anneau vaginal et je me suis sentie encore plus déprimée. A nouveau, beaucoup de changement dans ma vie du coup je me disais que je faisais une dépression.
Cependant deux faits me disent qu’il s’agit peut-être des effets de la pilule :
1° ma mère n’a pas pris la pilule que très peu de temps car son caractère changeait complètement.
Elle devenait très agressive.

2° je pense avoir une sensibilité aux médicaments en général - je suis blonde aux yeux bleus ; il parait que cela peut jouer- par exemple j’ai pris du Lariam - un comprimé - et j’ai pleuré pendant deux jours.

Je compte aller voir un psy et j’ai arrêté la pilule - l’anneau donc - il y a deux jours mais je voudrais savoir si tout cela est plausible ou si réellement tout est dans ma tête ?
A.

Oui, c’est plausible, et très possible : la sensibilité aux médicaments est variable d’une personne à une autre et certains ont des effets sur les centres des émotions dans le cerveau. C’est le cas des hormones sexuelles (les femmes enceintes disent que leurs émotions sont bouleversées, ça n’est pas psychologique, mais biologique) et c’est aussi le cas du Lariam (qui a des effets neurologiques connus.
Voici une page qui en parle->http://www.consumerreports.org/cro/consumer-protection/dangers-of-malaria-drugs-302/overview.htm]

Donc, c’est bien dans votre tête que ça se passe, dans votre cerveau, parce que c’est biologique, pas parce que c’est "psychologique (ou inconscient)".

A mon avis, les effets que vous ressentez avec la pilule et l’anneau réapparaîtront avec toutes les méthodes hormonales : pour endormir l’ovulation, il faut que les hormones des méthodes contraceptives agissent sur l’hypophyse (une glande du cerveau). Or, impossible qu’elles agissent sur l’hypophyse sans agir sur les autres centres - et en particulier ceux qui contrôlent l’humeur. Par conséquent, la seule méthode qui vous permettra de maîtriser votre fécondité tout en restant vous même est le DIU au cuivre, qui n’apporte pas d’hormones et agit par effet spermicide local.

Il est cependant possible que dans quelques années, après une première grossesse, vous tolériez mieux les contraceptions hormonales : cela se voit régulièrement.



- Absence de règles et prise de poids

J’ai 22 ans, je pèse 44kg et j’ai eu un enfant en juin 2005. Ma grossesse s’est très bien déroulée, mon accouchement aussi, du fait sans doute de mon jeune âge. Je n’ai jamais eu de moyen contraceptif (ni pilule, ni implant, ni DIU). En effet, j’ai toujours pratiqué la méthode du coït interrompu et cela a toujours marché très bien et me convenait tout à fait car j’ai toujours eu peur des hormones "pas naturelles" et en particulier de la pilule. J’aurais très bien pu continuer cette méthode jusqu’à la ménopause (avec l’appui du Norlevo sans doute mais en 6 ans de pratique je ne l’ai utilisé qu’une seule fois) si mon compagnon ne m’avait pas demandé de me procurer un moyen contraceptif.

Ce que j’ai fait car je le comprends. Je me suis donc fait prescrire une pilule, il s’agit d’Harmonet. Ayant un profil plutôt progestatif, j’ai pensé qu’Harmonet pouvait me convenir (pour l’acné et l’hirsutisme notamment).J’ai commencé à la prendre hier soir, il ne s’est rien passé d’extraordinaire (ni vomissement, ni diarrhée..), ce qui est plutôt pas mal déjà ! En fait, j’ai choisi la pilule car je compte la prendre pour m’empêcher d’avoir des règles. Je prévois donc de la prendre en continu, sans aucune interruption jusqu’à 50 ans (je ne fume pas, ne bois pas et n’ai aucun antécédent familial). Mes questions sont donc les suivantes :

1° Si je prends la pilule comme je viens de le décrire prendrai-je plus de poids au fil des années puisque mon corps réagira comme si j’étais enceinte ? (ayant déjà connu une grossesse cela fera-t-il comme si j’en avais connu 3 par exemple ?)

2° Est-ce que je risque une obésité du fait que je vais me bourrer d’hormones jusqu’à la ménopause ?

3° Ou au contraire ne prendrais-je pas de poids puisque je n’en ai pas pris lorsque j’étais enceinte, au contraire j’en ai perdu (de 47kg je suis passé à 44kg) ? En effet, j’ai l’avantage de pouvoir manger ce que je veux, quand je le veux, sans prendre un gramme, perdrai-je alors cette chance en prenant la pilule Harmonet comme je compte la prendre ? Ma physiologie va t-elle changer à cause de la pilule ou, grâce justement à mon hérédité, vais-je rester comme je suis car c’est dans mon patrimoine génétique ?

4° Que se passe-t-il concrètement lorsqu’on arrête de prendre la pilule en continu, sans interruption, arrivé à la ménopause (saigne t-on ? a-t-on un cycle irrégulier, des spottings, un bouleversement du corps..) ou au contraire retrouve t-on le cycle que l’on avait avant de prendre la pilule ? (j’ai un cycle très régulier depuis l’âge de 12 ans).

5° Quelle est la différence entre prendre sa pilule en continu, sans aucune interruption, pendant 30 ans et prendre sa pilule chaque mois avec une semaine d’arrêt entre deux plaquettes, pendant 30 ans aussi ? Risque t-on plus de prendre du poids dans le premier cas (du fait d’une prise plus régulière et continue d’hormones) ? Ou n’y a-t-il vraiment aucun danger et aucune différence ?

5° Comment ferais-je pour savoir que je suis ménopausée (examens à faire, consultations d’un gynéco..) lorsque j’aurais décidé d’arrêter la pilule ?

J’ai peur d’être obligée de faire le régime toute ma vie si je prends la pilule et donc de perdre l’avantage que j’avais. J’ai peur que mon corps soit bouleversé par cette "intrusion" d’hormones qui le fera réagir différemment que d’habitude et donc le fera se "défendre" en me faisant prendre du poids. J’ai vraiment peur pour le long terme car pour moi prendre la pilule est une forme d’engagement et cet engagement, ce choix que j’ai fait, est très important car il s’agit non seulement de ma santé mais aussi de ma manière d’être au monde.
E.

Je pense que puisque vous voulez vous débarrasser de vos règles, vous devriez envisager, avant de vous mettre à la pilule en permanence, un DIU hormonal Mirena. Car une grande proportion de femmes qui l’utilisent ne prennent pas de poids et... n’ont pas de règles. Quitte à avoir une contraception, je pense que vous devriez d’abord essayer celle-là, qui cumulera tous les avantages que vous attendez de la pilule en continu... + la tranquillité (rien à prendre) et la durée (5 ans au moins pour chaque DIU) + l’économie (remboursé, ce qui n’est pas le cas de Harmonet)

Et l’effet hormonal du Mirena est souvent uniquement local (donc, pas de prise de poids, d’autant plus que vous n’en avez pas pris pendant votre grossesse). Autre avantage : pas d’estrogènes, donc pas de risque vasculaire lié aux estrogènes.

C’est la méthode que je propose aux femmes qui ne veulent plus d’enfants, et ce qui est valable quand on a 35 ans est valable aussi à 22...
De plus, le Mirena a un avantage particulier pour les femmes à l’approche de la ménopause : il leur évite des tas de symptômes désagréables (vous n’en êtes pas là mais puisque vous soulevez la question, je vous en parle).

Bref, si j’étais vous, j’essaierais d’abord un Mirena, pour toutes les raisons que vous invoquez. Ensuite, si vous ne le tolérez pas (ça m’étonnerait) ou si vous avez quand même des règles (c’est possible mais peu probable), vous pourrez toujours vous orienter vers la pilule. Comme vous n’avez que 22 ans, vous avez du temps devant vous pour essayer ce type de méthode aussi avant d’opter définitivement pour la pilule.

Je continue donc ma pilule Harmonet et tout a l’air de très bien se passer.
Toutefois, en parcourant votre site, une question d’ordre général me vient à l’esprit. Je ne sais pas si on vous l’a déjà posée, mais pour l’instant, sur votre site, je n’ai pas trouvé la réponse (si c’est le cas veuillez m’en excuser). Ma question, la voici :

Sachant que certaines patientes (épileptiques ou autres...) prennent deux comprimés à la fois de leur pilule progestative, tous les jours (pour augmenter la dose) et que cela leur évite (en plus) des spottings, serait-il possible pour une patiente utilisant une pilule combinée (comme c’est mon cas) de prendre aussi deux comprimés à la fois, par jour, en continu, et éviter ainsi des spottings qui pourraient être susceptibles d’apparaître à cause du faible dosage de la pilule (moins de 30 microgrammes d’éthynil-estradiol) ? Ou bien cela n’est-il valable que pour les pilules progestatives ? Ou selon l’état de santé de la patiente ?
E.

C’est une question judicieuse, et tout à fait légitime. En fait, l’apparition du spotting ne dépend pas seulement de la dose d’hormones dans la pilule, mais de l’équilibre entre une pilule donnée (donc, un dosage donné) et chaque femme. Théoriquement, il serait tout à fait logique de prendre un peu plus d’estrogènes (donc par exemple deux comprimés) pour empêcher le spotting. Mais en prenant 2 Harmonet, vous prendriez chaque jour 60 mcg d’estrogènes, c’est à dire plus que la pilule actuelle la plus dosée, Stédiril, qui en contient 50 par comprimé. Ca, ce ne serait pas prudent.

Si votre spotting recommençait, il serait plus simple et prudent de changer de pilule de passer à une pilule intermédiaire, contenant 35-40 mcg comme Adépal ou Miniphase, par exemple.

Mais en théorie, votre réflexion est parfaitement juste, et je suis très heureux que vous me l’ayez envoyée, car elle démontre qu’il n’est pas nécessaire d’être médecin pour comprendre les principes simples de la prescription de pilule... et que les médecins qui prétendent le contraire ont tort !!! (Mais souvent, c’est parce qu’eux mêmes n’y ont rien compris, ou n’ont pas fait l’effort de comprendre).



- DIU, allergie ou mycose

J’ai 33 ans, trois enfants et je suis mariée. J’ai essayé au moins 5 pilules différentes et non vraiment je ne supporte pas les hormones. Le préservatif est pratique quelque temps mais sur le long terme...
Donc j’ai essayé le stérilet au cuivre (posé en juin) or voici ce qui m’arrive depuis : 2 semaines après la pose j’ai eu une très forte infection au candida, combinée avec une absence de flore vaginale. Je me suis soignée 4 fois et si je crois avoir vaincu candida, j’ai toujours très mal (sensation de brûlure) juste après un rapport. J’ai aussi de très forts maux de tête qui ne passent pas avec de l’aspirine ou autre. Je n’en avais que rarement avant.

En y réfléchissant je me suis rappelée avoir fait une réaction à une paire de boucles d’oreille en cuivre.
Les points positifs : je ne le sens pas du tout, j’ai des règles normales et cela n’a pas d’incidence sur mon humeur contrairement à la pilule.
La question est : est il possible d’être allergique à un stérilet ?
N.

A priori, il n’y a aucun rapport avec votre candidose (mais elle peut être longue à guérir, car il reste parfois une toute petite zone enflammée, même après un traitement bien conduit) et votre DIU. En effet les allergies au cuivre sont rarissimes, il est d’ailleurs probable que l’allergie que vous avez faite aux boucles d’oreille soit une allergie au nickel, et non au cuivre (le nickel est très souvent présent dans les attaches de boucles d’oreille, tandis que le cuivre est peu utilisé pour les bijoux car il s’oxyde à l’air libre).

De plus, les allergies aux corps étrangers internes provoquent des symptômes généraux d’allergie : éruption sur tout le corps, baisse ou élévation de tension - bref, des symptômes spectaculaires - mais non une mycose, infection localisée liée à un candida, ce qui peut survenir chez des femmes de tous âges, et utilisant n’importe quelle méthode contraceptive (pilule, préservatif, DIU, implant). Les mycoses sont liées à des modifications de l’acidité locale du vagin, elle-même liée à l’état de santé, au stress, à l’activité sexuelle, etc... mais pas à la méthode de contraception (on en voit aussi chez les femmes enceintes et chez des femmes qui n’ont pas de relations sexuelles...)

Je pense donc en l’occurrence il s’agit simplement d’une coïncidence si cette mycose a commencé. Quant aux maux de tête, il est possible que la pilule les ait atténués (et donc, qu’ils réapparaissent maintenant que vous ne la prenez plus) ou qu’il s’agisse, encore une fois, d’une coïncidence.
D’ailleurs, le premier symptôme de mauvaise tolérance serait d’avoir mal : lorsque une femme ne tolère pas un DIU, cela provoque des contractions intenses de son utérus. Ce que vous n’avez pas...



- Pilule, migraine et absence de partenaire régulier

Je reprends Minesse depuis trois jours (après avoir arrêté pendant deux mois parce que j’avais passé huit mois avec des maux de tête quotidiens et des mycoses)
Aussi ayant eu recours à
Norlevo deux mois auparavant mais malgré un test de grossesse sanguin négatif un mois après, j’ai continué à avoir des saignements abondants et ce cinq fois en deux mois.

Je vais refaire un test de grossesse. S’il s’avère négatif tant mieux. Néanmoins je crains de me retrouver avec des migraines et une baisse de libido dans peu de temps...j’ai déjà quelques signes de tensions à la tête en trois jours à peine....je n’ai rien lu concernant Minesse et les maux de tête... je ne suis pas migraineuse.

Le problème c’est que même si je n’ai plus de partenaire régulier il m’arrive d’avoir des rapports protégés mais j’ai toujours peur que lors des préliminaires poussés hop...donc pilule et sous pilule j’ai peur de me retrouver avec l’enfer des mycoses et migraines...
Comment un cas non migraineux peut il développer après deux ans d’utilisation de pilule des maux de tête lancinants mais sans aura....est ce juste psychologique ou non ?

Aussi j’ai quelques boutons mais pas d’acné forte et j’ai lu que la pilule combinée était recommandée mais comme je souffre de maux de tête avec (apparemment) et que j’ai mal lors de certains rapports à cause de mon utérus rétroversé (je sais que ce n’est pas grave mais que ça peut provoquer des douleurs)...bref vous voyez...
J’ai même envie d’arrêter la pilule alors que je la recommence à peine mais mon corps en a vu pas mal avec les hormones en deux mois... je fume depuis 9 ans aussi
E.

Même chez une non migraineuse, l’éthynil-estradiol contenu dans Minesse peut provoquer des maux de tête, et ils ne sont pas psychologiques. Il est déconseillé de continuer à prendre des pilules contenant de l’éthynil-estradiol si elles provoquent des maux de tête, surtout chez une femme qui fume car tabac + maux de tête + éthynil estradiol = mélange dangereux, surtout à partir de 35 ans.

Je pense donc sincèrement que vous ne devriez pas prendre Minesse mais opter pour une autre contraception. Les autres possibilités ne manquent pas : il existe des pilules sans éthynil-estradiol : Microval, Milligynon, Cérazette.
Mais le fait que vous n’ayez pas de relation stable m’incite à vous proposer d’opter pour une méthode permanente mais non hormonale : le DIU au cuivre. Ses avantages sont l’absence d’effet hormonal (donc, pas de migraines, pas de baisse de la libido, pas d’acné) et le fait qu’il est toujours présent, comme une boucle d’oreille ou un piercing, que vous ayez ou non des rapports sexuels.

Evidemment, si vous avez des rapports sexuels occasionnels, il ne vous dispensera pas d’utiliser des préservatifs (mais la pilule ne vous en dispense pas non plus). Mais si vous établissez une relation durable - avec des relations sexuelles régulières - vous pourrez abandonner le préservatif dès que vous serez sûre que le risque de MST est écarté, et ce sans avoir à galoper chez le médecin pour avoir une contraception. Enfin, le DIU est une protection supplémentaire pour les femmes qui utilisent souvent des préservatifs : si jamais vous aviez un accident de préservatif, l’éventualité d’une grossesse serait inexistante ou presque.

Avec l’Implant (qui est lui aussi très efficace) le DIU est la méthode la plus appropriée aux femmes qui n’ont pas d’homme dans leur vie mais qui n’ont pas pour autant fait une croix sur leur sexualité...

Comme vous le lirez (ou l’avez lu) sur mon site, l’utilisation d’un DIU au cuivre est possible même chez les femmes n’ayant pas d’enfant, et un DIU peut être gardé entre 7 et 10 ans, selon le modèle qui vous est posé. Ce qui a pour avantage aussi... de ne pas avoir à courir chez le médecin tous les quatre matins pour un renouvellement de pilule. Dans le centre où je travaille, les utilisatrices de DIU consultent... tous les 3 ans, car il n’est pas nécessaire de les voir plus souvent que ça.

Deux articles pour en savoir plus :

Sur le DIU

Sur l’implant



- Effets secondaires de l’implant progestatif

Je me suis fait poser un implant en avril (après 3 mois sous Cérazette), tout se passait très bien au début, cependant je subis quelques effets secondaires assez gênant :
- J’ai eu des saignements pendant un mois complet, cela semble se calmer depuis une semaine.
- J’ai également perdu du poids, alors que c’est habituellement le contraire pour les autres utilisatrices de l’implant. J’ai perdu 2kg, ça peut paraître peu mais je suis déjà assez mince alors que je mange beaucoup, j’ai donc peur de continuer à perdre du poids.
- J’ai également une poussé de d’acné, ce n’est pas très agréable à 23 ans.
- Dernier effet et non des moindres à mon age, ma libido est quasi inexistante.

L’implant est il responsable de tous ces désagréments ? Ces symptômes vont ils disparaître si je l’enlève ? Cette absence de libido me gâche la vie ainsi que celle de mon ami.
J’attends votre réponse avec impatience avant de prendre rendez-vous pour éventuellement enlever l’implant.
L.

Tous les symptômes peuvent, effectivement, être dus à l’implant. Le plus souvent, les trois premiers (les saignements, la perte de poids, l’acné) disparaissent au bout de quelques mois. En revanche, la baisse de la libido risque de durer tant que vous portez un implant. Et à mon humble avis, c’est une raison suffisante pour choisir une autre contraception.

La seule méthode qui ne risque pas d’agir sur votre libido (du moins, pas en la diminuant), c’est un DIU au cuivre. Vous êtes parfaitement en droit de demander à bénéficier de cette contraception même si vous n’avez pas eu d’enfant. N’ayant aucun effet hormonal, elle n’aura aucun des effets que vous subissez avec l’implant.



- DIU au Cuivre, Stédiril et barbituriques

Je suis épileptique depuis 10 ans et prends donc des barbituriques (Keppra 500mg deux fois par jour ; Lamictal 200mg deux fois par jour et Alepsal 100mg une fois par jour) ainsi qu’un antidépresseur (depuis peu et je ne pense pas que cela entre en considération).
Mon gynécologue au moment de me prescrire une contraception a pris contact avec les laboratoires fabriquant ces médicaments et a reçu pour réponse qu’à moins que je ne tienne absolument à prendre une contraception orale hormonale, le seul contraceptif était la pilule
Stédiril. Mon gynécologue ne m’a proposé aucune autre possibilité de contraception.

De plus ces laboratoires ne peuvent me garantir une efficacité maximale avec cette pilule et je suis donc contrainte de prendre des spermicides en même temps que ma pilule pour éviter les risques de grossesse.
Cela est très contraignant et je songe depuis quelques temps à changer de contraception pour un DIU cuivre.

Sachant que je suis une nullipare de 25 ans, le fait que je prenne des barbituriques peut-il justifier la pose d’un DIU cuivre ? Je souffre également d’endométriose.
Je devrais aller voir mon praticien d’ici un mois et demi mais j’aurais souhaité avoir votre avis sur la question.
L.

Bien sûr que le fait de prendre des barbituriques justifie que vous utilisiez un DIU au cuivre !!!!
Dans un premier temps, je vous recommande de prendre le Stédiril en continu (sans interruption, car la semaine d’arrêt diminue l’efficacité du Stédiril, déjà compromise par les barbituriques) et d’utiliser aussi les préservatifs (qui à eux seuls ne sont pas une contraception très efficace). Avec les deux ensemble, vous êtes tranquille. Mais exigez très vite de votre médecin généraliste ou de votre gynécologue qu’il vous pose un DIU au cuivre (le UT 380 short est le plus adapté aux nullipares).

1° il n’y a aucune raison de vous le refuser si vous n’avez pas de contre-indication (et la seule contre-indication sérieuse serait une MST non traitée).

2° c’est la meilleure contraception pour vous compte tenu de votre traitement : les barbituriques diminuent fortement l’effet des hormones contraceptives.

3° éviter une grossesse non désirée est une raison très forte d’utiliser une contraception efficace - or la seule qui soit sûre, en l’occurrence, c’est un DIU au cuivre.

4° les anti-épileptiques sont toxiques pour un embryon...

5° Le fait de porter un DIU au cuivre n’empêchera pas de traiter séparément votre endométriose, par exemple par les progestatifs seuls (qui seraient contraceptifs aussi si vous ne preniez pas de barbituriques).

Vous pouvez convaincre votre médecin en lui faisant lire les recommandations (officielles) de l’ANAES sur la contraception, que vous pourrez télécharger sur la page suivante



- Lutéran 10

J’ai vu ma gynécologue ce matin et elle m’a augmenté Lutéran 10mg car avant je le prenais du 15ème au 25ème jour de cycle pour un problème hormonal. Je lui ai demandé les moyens de contraception et elle ma dit que celui-là serait le mieux adapté étant donné que j’ai fait une embolie pulmonaire l’année dernière. Donc elle ma dit de le prendre dès aujourd’hui pendant 17 jours et d’arrêter pendant 8 jours et ainsi de suite pendant 3 mois jusqu’à notre prochain rendez-vous. Je souhaiterais savoir si ce médicament est vraiment aussi efficace qu’une pilule et je souhaiterais aussi savoir si mon compagnon doit aussi se protéger et aussi s’il est efficace pour ne pas attraper des MST.
F.

Je pense que le Lutéran est une méthode de contraception acceptable, quand on a fait une embolie pulmonaire et qu’on a des soucis hormonaux. Mais pour être contraceptif, il faut que vous en preniez au moins 21 jours par mois, au même rythme qu’une pilule classique. Autrement dit : 21 jours de prise (trois semaines), 7 jours d’arrêt (1 semaine). Dans ces conditions, le Lutéran est aussi efficace qu’une pilule classique.

Il est possible que vous ayez des saignements (moins abondants que des règles) pendant la semaine d’arrêt, mais il est aussi possible que vous n’en ayez pas. Cela ne voudrait évidemment pas dire que vous êtes enceinte, donc ne vous inquiétez pas si vos "règles" sont peu abondantes voire inexistantes.

En dehors des préservatifs, aucune contraception ne protège contre les MST. Si votre ami et vous n’avez pas de MST (et pas d’autre partenaire), votre seul souci est l’éventualité d’une grossesse, et le Lutéran suffit à l’éviter : vous pouvez vous passer de préservatifs, car votre contraception sera assurée en permanence par la prise de Lutéran 21 jours par mois.

Si vous ou votre partenaire êtes porteurs d’une MST ou susceptible d’être exposé (e) à des MST par d’autres partenaires sexuel(le)s, il est indispensable d’utiliser aussi des préservatifs.



- Electrostimulation et DIU

Pourriez-vous me dire si il y a une contre-indication à l’utilisation de l’électrostimulation lorsqu’on porte un DIU ? Je voudrais muscler mes abdos inférieurs avec un électrostimulateur. Je n’arrive pas à trouver des renseignements sur une éventuelle interaction entre un DIU au cuivre et l’électricité délivrée par l’appareil. Je vous remercie d’avance pour vos précieux conseils.
S.

A priori il n’y a pas de problème : l’électricité du stimulateur n’a qu’une action superficielle. Si elle arrivait à stimuler le DIU, ça voudrait dire qu’elle stimule tout ce qu’il y a entre le DIU et votre peau... et ça ferait des dégâts !!!
Donc, n’ayez crainte.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé