logo Winckler’s Webzine
Le site personnel de Martin Winckler
logo

 Sommaire | Edito | In italiano | Courriers et contributions | Contraception et gynécologie | Radio et télévision | Lectures | Mes Bouquins | Les médecins, les patients, et tout ce qui s’ensuit... | WebTV | Être un(e) adulte autiste...
Recherche


Contraceptions mode d’emploi. Ecrivez à J’ai Lu pour qu’ils me demandent une édition mise à jour !!!

Voir aussi :

Absence de Règles
- Témoignage sur Nuvaring (Contraception : Questions/Réponses 105e et dernier)
- Désir de grossesse et gynéco terroriste (Contraception : Questions/Réponses 90)
- Pilule et accident vasculaire cérébral (Contraception : Questions/Réponses 68)
- Après une IVG, quand faut-il commencer sa pilule ? (Contraception : Questions / Réponses 65)
- L’androcur peut-il être utilisé comme seule contraception ? (Contraception : Questions / Réponses 61)

Acné et Contraception
- Contraception : comment l’ignorance médicale et le marketing industriel mettent les femmes en danger... et comment en réchapper !
- Ce que la patiente dit, ce que le gynécologue entend...
- Peut-on avoir des règles tout en étant enceinte ? (Contraception : Questions/Réponses 78)
- Pilule et migraine (Contraception : Questions / Réponses 62)
- Une grossesse qui survient juste après l’arrêt de la pilule est-elle une grossesse à risque ? (Contraception : Questions / Réponses 59)

Androcur
- Le Norlevo est-il dangereux pour une grossesse en cours ? (Contraception : Questions/Réponses 80)
- Peut-on continuer à utiliser Jasmine après 45 ans ? (Contraception : Questions / Réponses 54)

Douleurs sous DIU
- Préservatif, MST et Contraception (Contraception : Questions / Réponses 84)

Grossesse Extra-Utérine
- Préservatif féminin et première fois (Contraception : Questions/Réponses 102)
- Millepertuis et Mirena (Contraception : Questions/Réponses 77)
- Que faire quand on est un homme et porteur du HPV ? (Contraception : Questions / Réponses 74)

Grossesse sous Contraception
- Peut-on tomber enceinte en prenant la pilule, sans l’avoir oubliée ?
- DIU et épilepsie (Contraception : Questions/Réponses 103)
- La pilule est-elle dangereuse pour le foetus ? (Contraception : Questions/Réponses 71)
- Quand et comment doit-on se faire examiner les seins ? (Contraception : Questions/Réponses 64)
- Est-il possible de se retrouver enceinte en prenant la pilule ? (Contraception : Questions / Réponses 60)
- La pilule du lendemain est-elle dangereuse pour l’organisme ? (Contraception : Questions / Réponses 52)
- Quand arrêter la pilule prise en continu pour avoir des règles ? (Contraception : Questions / Réponses 51)

Interruption Volontaire de Grossesse
- HPV et désir de grossesse (Contraception : Questions/Réponses 94)
- Contraception et endométriose (Contraception : Questions/Réponses 86)
- IVG et attente d’une grossesse (Contraception : Questions/Réponses 85)
- Taille de DIU et taille de l’utérus (Contraception : Questions/Réponses 82)
- IVG : les humiliations que subissent les femmes
- Pourquoi utilise-t-on tant Minesse et Mélodia chez les adolescentes ? (Contraception : Questions/Réponses 79)
- Est-ce que toutes les femmes sont de mauvaise humeur quand elles ont leurs règles ? (Contraception : Questions/Réponses 75)
- Désir de Grossesse après IVG (Contraception : Questions/Réponses 73)
- Pourquoi le DIU Sertalia est-il toujours en vente ? (Contraception : Questions / Réponses 53)

Microval
- Fibrome et saignements (Contraception : Questions/Réponses 98)
- Premiers rapports sexuels sans préservatifs (Contraception : Questions/Réponses 83)

Pilule du Lendemain
- Fertilité et maladie de Crohn (Contraception : Questions/Réponses 95)
- Migraine avec aura et contraception (Contraception : Questions/Réponses 87)
- Implant ou DIU : que choisir ? (Contraception : Questions/Réponses 81)

Contraception et gynécologie >


Efficacité et sécurité de Microval face à l’acné et aux GEU (Contraception : Questions/Réponses 69)
Article du 27 février 2006

Les sujets abordés cette semaine :
- Efficacité et sécurité de Microval face à l’acné et aux GEU
- Comment savoir qu’on est enceinte si on prend la pilule en continu ?
- Douleurs incessantes après la pose d’un DIU
- Quels sont les risques d’utilisation du Norlevo de manière répétée ?
- Androcur me protège-t-il ?
- Douleurs après IVG et pose de DIU
- Pilule, ovulation, libido et voyage en Antarctique


- Efficacité et sécurité de Microval face à l’acné et aux GEU

En 1997 j’étais sous pilule Mercilon, que j’ai dû arrêter à cause d’un taux de cholestérol et de triglycérides trop élevé. Suite à des problèmes d’ovulation, on m’a mise sous Clomide pour tomber enceinte après 3 ans d’échec. Pendant ce traitement j’ai eu des poils au menton et sur la poitrine qui sont apparus.
Apres vérification, mes analyses montrent un taux de testostérone de 2 ng et trop de prolactine.
Y a t’il un rapport avec ces valeurs ?

Ce qui m’inquiète, c’est qu’après mon accouchement mon gynéco m’a posé un stérilet Nova T, que j’ai commencé à expulser 2 mois après. Il m’a donc prescrit Microval, par rapport au cholestérol, en me disant que je n’aurais pas de problèmes de pilosité ni d’acné, et il m’a dit que j’avais 6 heures de délai pour la prendre par rapport à l’heure habituelle, or sur la notice, ces inconvénients de poils et boutons sont clairement indiqués et la prise est mentionnée à 3 heures de l’heure normale sinon risque de grossesse extra utérine.

Voila ma question, y a-t-il dans mon cas un risque accru d’acné et d’hirsutisme ? Et si grossesse il y a, est-elle forcément extra-utérine ?
Quel est le taux de fiabilité de cette pilule ?
A.

Le Microval, qui ne contient seulement un progestatif mais pas d’estrogène, est une pilule très efficace, surtout après 35 ans. Avant cet âge, en cas d’oubli, les grossesses sont possibles. Après 35 ans, comme la fécondité diminue, Microval devient aussi efficace (et moins risqué) qu’une pilule contenant progestatif + estrogènes.
En cas de grossesse, une GEU (grossesse extra-utérine) est surtout fréquente chez les femmes à risque ci-dessous :
- les femmes qui fument
- les femmes ayant eu une infection des trompes par le passé
- certaines femmes ayant une malformation des trompes (c’est rare et imprévisible).

Le nombre de GEU n’est pas plus grand chez les utilisatrices de Microval que chez les femmes n’ayant pas de contraception, il est au contraire plus faible puisque les femmes qui prennent Microval sont moins facilement enceintes que celles qui ne prennent rien (de même que le risque d’accident de voiture grave est plus faible chez les femmes qui bouclent leur ceinture que chez celles qui ne la mettent pas...)

Le Microval empêche surtout les spermatozoïdes de passer du vagin dans l’utérus ; s’ils passent, la probabilité que cette grossesse soit une GEU est évidemment forte chez une femme à risque de GEU. (Un accident de voiture a plus de chance d’être grave chez une femme dont la ceinture de sécurité est abîmée que chez une femme dont la ceinture de sécurité est neuve...)
Mais si vous n’êtes pas à risque, évidemment, vous n’avez pas de souci à vous faire au sujet d’une éventuelle GEU.

Le délai d’action de Microval est de 27 heures, d’où la nécessité de la prendre à peu près à la même heure, dans un délai de 3 heures maximum.
Par ailleurs, oui, elle peut avoir pour effet d’augmenter la pilosité et l’acné. Je suis donc un peu surpris qu’on vous l’ait prescrite...



- Comment savoir qu’on est enceinte si on prend la pilule en continu ?

J’ai 34 ans et m’apprête à prendre la pilule (Mercilon) pour deux raisons, après un arrêt de
presque 10 ans :
- plus les années passent, plus mes règles me rendent malade (avant et pendant !).
- je suis en couple depuis un an et mon ami attend vraiment le dernier moment (la pénétration) pour
mettre un préservatif et je redoute toujours de tomber enceinte.

Ma question est la suivante :
Tant que je ne prenais pas la pilule, un retard de règles, voire leur disparition, constituait un signal
d’alerte pour aller faire un test de grossesse. Or vous expliquez que sous pilule les règles ne sont
pas de vraies règles. Est-ce que cela signifie que si je tombe enceinte malgré la pilule (oubli ou dosage trop faible de la pilule), les règles qui surviendront ne voudront rien dire ?
Pardonnez-moi si ma question vous semble idiote mais comme j’aimerais bien ne plus avoir de règles du tout en enchaînant les plaquettes, je voudrais savoir si ces fausses règles ont tout de même une utilité.
H.

Votre interrogation n’est pas stupide du tout. Et la réponse est simple : les saignements entre deux plaquettes n’ont AUCUNE utilité. Ils rassurent faussement (on peut saigner alors qu’on est enceinte) et inquiètent tout aussi faussement (on peut n’avoir aucun saignement et n’être pas enceinte du tout). De plus, la semaine d’arrêt est précisément le point faible de la pilule (pour les raisons que vous avez lues sur le site).

Donc, non seulement vous pouvez vous rassurer sur le fait que ne pas avoir de règles ne vous privera pas d’un "symptôme d’alarme", mais vous pouvez aussi vous dire que la prise continue vous protègera beaucoup mieux que la prise classique avec 1 semaine d’arrêt. Quant à l’éventualité (très faible, en cas de prise continue, mais non nulle) d’une grossesse sur pilule, d’autres symptômes existent : gonflement permanent des seins, envie de dormir, nausées matinales, etc. Ce ne sont pas les femmes les plus inquiètes à l’idée d’être enceintes qui "passent à côté d’une grossesse" : elles ont tendance à sentir des symptômes atypiques très très tôt. Celles qui sont enceintes sans le savoir sont plutôt celles qui ne... veulent pas le savoir.

Manifestement, vous n’en faites pas partie. Alors, vous êtes parée pour la prise continue.
Vous verrez, vous serez bien plus tranquille.

NB : Mercilon est effectivement une pilule très peu dosée (20 µg d’estrogènes). Pourquoi vous l’a-t-on prescrite ? Il y a peut-être d’autres options plus adaptées. (Et moins inquiétantes pour vous). Cilest ou Varnoline, qui contiennent 30 et 35 µg d’estrogène, pourraient être mieux adaptées à une prise continue. Avec Mercilon, je crains que vous n’ayez très vite un spotting.



- Douleurs incessantes après la pose d’un DIU

J’ai entendu parler de votre très intéressant site sur un forum médical, mais malheureusement trop tard pour qu’il me rende service. J’ai 34 ans, je n’ai jamais eu d’enfant et je me suis fait poser un stérilet en avril dernier, souhaitant arrêter la pilule que je prenais depuis 15 ans.
On m’a posé un
Nova T. J’ai ressenti une douleur très intense, pas au niveau de l’utérus mais à l’aine (comme si on me coupait les deux jambes), et la gynéco a eu peur car je suis devenue très pâle. En rentrant chez moi en voiture, j’ai fait un malaise vagal tel que vous le décrivez, qui a duré + d’une 1/2 h, et j’ai dû rester allongée le reste de la journée en ayant très mal au ventre ; la douleur s’est prolongée plusieurs semaines.

Depuis, je continue à ressentir une douleur (parfois aigue) à l’aine de temps en temps, surtout du côté gauche, et particulièrement au moment des règles. Ma gynéco, qui a vérifié que le stérilet était bien en place, me dit que c’est parce que je n’ai jamais eu d’enfant. Mon médecin homéopathe pense qu’il y a compression, que ça peut poser problème et qu’il faudrait peut-être que je le fasse changer (je lui ai parlé de la marque pour les nullipares que j’ai vue sur votre site).

Je précise que je mesure 1,60 m et que je suis très mince, au cas où cela ait un rapport avec la taille du stérilet ?
Mais j’ai maintenant peur de le faire enlever, car je suis sûre que je ressentirai la même douleur qu’à la pose, même si la gynéco m’a dit que le jour où elle l’enlèverait, elle mettrait un comprimé dans le col pour le dilater, en + de me faire prendre un anti inflammatoire avant.
Merci d’avance si vous avez un moment pour me conseiller...
D.

Je suis frappé par la douleur que vous avez ressentie. La localisation en elle-même n’a pas de signification (c’est ce qu’on appelle une douleur projetée). Mais elle témoigne du fait que votre col a été traumatisé. Il n’est absolument pas normal que vous ayez continué à souffrir. Vous auriez pu à la rigueur ressentir une douleur de contraction à la pose, mais celle-ci doit s’estomper et disparaître rapidement (en 24 heures au maximum).
Alors, je me demande si la pose n’a pas été mal faite (on peut poser un DIU de travers, hélas...)

Quand elle a vérifié la présence du DIU, votre gynécologue vous a-t-elle fait une échographie pour s’assurer que le DIU est dans la cavité et non pas enfoncé dans le muscle utérin, ce qui pourrait expliquer la persistance de la douleur ? Si elle ne l’a pas fait, demandez à votre médecin généraliste de vous en prescrire une.

En attendant, vous pouvez prendre des anti-inflammatoires pour calmer la douleur dès que vous la ressentez (au moment des règles, en particulier).
A noter que votre taille et le fait que vous n’ayez pas eu d’enfant n’a rien à voir avec ça. Il m’arrive couramment de poser des DIU à des toutes jeunes femmes (17-18 ans) sans aucun problème. Mais la technique de pose compte beaucoup. Pour poser un DIU, on ne doit jamais forcer. Malheureusement, la technique enseignée aux médecins est une technique de pose en force, fréquemment responsable de ce genre d’incidents.

En revanche, le retrait du DIU n’a aucune raison de vous faire aussi mal. Au contraire : si le DIU est mal mis, le fait de le retirer fera disparaître les douleurs complètement.



- Quels sont les risques d’utilisation du Norlevo de manière répétée ?

Je suis enseignante et je cherche des renseignements sur les risques à long terme de l’utilisation répétée de la pilule du lendemain afin de pouvoir mieux en parler avec mes élèves
C.

A priori, il n’y a pas de "danger" à utiliser la pilule du lendemain de manière répétée. Ca ne peut pas entraîner d’accident vasculaire ou "abîmer" l’appareil génital.

Mais une utilisation répétée (deux ou trois fois par mois) n’est pas très efficace, et les jeunes femmes qui prennent plusieurs fois la pilule du lendemain dans le mois ont des règles perturbées (saignements intempestifs ou retard de règles), ce qui les met dans l’incertitude la plus totale sur leur statut : grossesse ou non ? Bref : ça brouille les cartes et ça accentue la probabilité d’une grossesse au lieu de la faire reculer.
Par ailleurs le progestatif contenu dans le Norlevo est sans danger : il est cent fois moins dosé que la progestérone fabriquée par une femme pendant une grossesse !!!!

Ce que je dis aux jeunes filles c’est que, quitte à prendre des comprimés à tout bout de champ parce qu’elles redoutent une grossesse, elles seront plus tranquilles en prenant la pilule chaque jour ou en se faisant poser un implant, qui apporte la même hormone, mais de manière continue, et qui peut être gardé... 3 ans. De plus, dans un planning familial ou un centre de planification (associé au centre d’IVG) hospitalier, on leur remettra la pilule ou on leur posera un implant gratuitement et sans que leurs parents soient au courant.



- Androcur me protège-t-il ?

Voilà mon cas : un dermatologue m’a prescrit un an de traitement Androcur (1/2 comprimé par jour) + Provames afin de venir à bout de mon acné (et de mon hyperpilosité par la même occasion).
Il m’assure que l’association des deux molécules a une action contraceptive... C’est du moins ce que j’avais compris mais la consultation de forums à ce sujet me fait douter. Alors, puis-je m’estimer protégée en suivant ce traitement ?

Et, question complémentaire : j’en suis à un peu plus d’un mois de traitement et ne note pour l’instant pas d’effet secondaire spectaculaire (mais pas non plus de résultat....) Faut-il toutefois m’attendre à une prochaine prise de poids ? Voire, comme je l’ai lu, à une baisse de la libido ? Tous ces effets sont-ils fréquents ?
D.

Il est difficile (ou impossible) de prédire les effets secondaires, qui sont variables d’une personne à une autre, en particulier la prise de poids, qui peut être progressive, ou la baisse de la libido, qui dépend de bien d’autres facteurs que le traitement. Une chose est sûre, cependant : vous ne pouvez absolument pas faire confiance à ce traitement pour être contraceptif : il n’est pas conçu pour ça, et il n’a pas été testé pour ça. Il me paraît inacceptable qu’on vous fasse ainsi jouer à la roulette.

Si le traitement est indispensable (ce qui n’est pas sûr, car ce type de traitement peut toujours être modifié), vous pourriez parfaitement vous faire poser un DIU au cuivre, qui assurerait votre contraception et n’interfèrerait pas avec le traitement. C’est par exemple ce qu’on propose aux femmes épileptiques qui prennent un traitement incompatible avec la contraception hormonale. On fait aussi pour le traitement des acnés graves.

Un dermatologue n’est pas un spécialiste de la contraception. Je vous conseille de prendre l’avis d’un généraliste ou d’un gynécologue (dans un centre de planification hospitalier, ou dans un Planning Familial, par exemple) mais de ne pas vous reposer sur cette seule combinaison de molécules (Androcur + Provamès) pour assurer votre contraception. Les risques que vous courez en cas de grossesse non désirée sont trop grands.



- Douleurs après IVG et pose de DIU

J’ai subi une IVG par aspiration il y a une semaine, avec pose d’un stérilet en cuivre dans le même temps opératoire. Au départ, il n’y avait aucune douleur, puis deux jours plus tard, des crampes terribles. Et puis mes seins qui ont beaucoup augmenté de volume n’ont pas retrouvé leur taille normale (ils n’ont même pas dégonflé un peu). Tout ça est-il normal ?
De plus comment évolue le taux de Bhcg après une IVG ?
R.

J’imagine que vous êtes inquiète à l’idée d’être encore enceinte, crainte fréquente chez beaucoup de femmes après une IVG.
Les crampes dans les jours qui suivent une IVG sont fréquentes : elles correspondent à un "mini-retour de couches" lié au fait que l’utérus, une fois la grossesse interrompue, reprend sa taille. Vous pouvez les soulager avec de l’ibuprofène (2 comp. à 200 mg toute les 4 heures). Ce n’est pas lié au DIU lui-même.

Le fait que vos seins aient pris du volume est lié à la grossesse, bien sûr, et ça peut être d’autant plus important que votre grossesse était avancée - elle était d’au moins 8 semaines puisque vous avez subi une aspiration. En général, la poitrine dégonfle petit à petit, mais 8 jours, c’est encore un peu tôt pour qu’elle ait dégonflé complètement et elle peut rester un peu plus forte qu’avant, car chez beaucoup de femmes, les seins terminent leur maturation au cours de la première grossesse, même si elle n’est pas menée à terme. Est-ce que les seins vous font mal encore ? Si la douleur disparaît petit à petit, c’est le signe que votre grossesse est bien terminée.

Le taux de Bhcg diminue progressivement après une IVG. En principe, au bout de 15 jours ou 3 semaines, il revient à la normale.



- Pilule, ovulation, libido et voyage en Antarctique

J’ai 27 ans, je suis biologiste et nullipare. J’ai été sous pilule en continu (ou pas loin) depuis presque 10 ans, d’abord avec Diane 35 puis avec Mercilon. Pas très à l’aise avec l’idée de prendre des hormones depuis si longtemps, j’ai profite de mon départ en Antarctique (donc loin de mon compagnon) pendant 2 mois (décembre 2005 - février 2006) pour arrêter ma prise de pilule. Et je n’ai pas eu mes règles depuis... J’ai donc passé 2 mois dans une cabane isolée de tout à cogiter sur le thème "enceinte ou pas enceinte ?". Le changement de rythme, de nourriture, le jour permanent et la latence pouvant apparaître entre l’arrêt de la pilule et le retour d’un cycle naturel ont fini par me faire pencher pour "pas enceinte", diagnostic amateur confirmé par un test de grossesse à mon retour.

Depuis, toujours rien et je me pose un certain nombre de questions, que je vous retourne par le même occasion :
1) Est-ce normal ? Et que dois-je faire ? Attendre ?
2) Que pensez-vous de la prise de pilule sur une longue durée ? Pensez-vous que nous avons assez de recul concernant les conséquences d’une prise d’hormones durant toute la vie d’une femme ?
3) Je crois que j’aimerais assez être gouvernée par mes propres hormones... Me conseillez-vous la pose d’un DIU comme
UT380 ?
4) Depuis mon retour, ma libido n’est pas au mieux, ce qui ne m’était jamais arrivé. Pensez-vous que ce puisse être en lien avec cette période de (j’espère) transition ?
A.

Le fait que vous n’ayez pas eu de règles après l’arrêt de la pilule... et deux mois en Antarctique ne me paraît pas très inquiétant en soi, et voici pourquoi : pour avoir des règles, il faut ovuler ; or, tout peut contribuer à endormir l’ovulation. La pilule bien sûr, mais aussi le stress d’un voyage lointain, et les soucis personnels, professionnels ou familiaux. Que vos règles ne soient pas revenues en Antarctique ne me semble donc pas très étonnant.

La prise de pilule sur une longue durée n’est pas une chose nouvelle : la pilule existe depuis les années 60, alors, oui, nous avons assez de recul (certaines de mes amies la prenaient à cette époque...).

Ne faisant que reproduire l’état hormonal de la grossesse, elle n’a pas de raison d’agir sur la fécondité en soi. Mais comme la fécondité est fonction de la femme, de l’homme et du couple, il est difficile de savoir, quand une femme prend une contraception à partir de 18 ans, ce que sera sa fécondité 10 ans plus tard, puisqu’on ne la connaît pas au départ.

Cela dit, je trouve tout à fait sain et légitime que vous préfériez revenir à un état plus naturel et que vous envisagiez la pose d’un DIU au cuivre (UT 380, c’est parfait). C’est le meilleur moyen d’attendre sereinement que votre cycle redevienne ce qu’il est naturellement (régulier ou non, comme lorsque vous avez commencé à la prendre).

Quant à la libido, c’est comme l’ovulation : les centres concernés dans le cerveau sont très proches (hypophyse-hypothalamus). L’inquiétude, le stress, les incertitudes, l’hiver (la baisse de l’ensoleillement) ont tendance à perturber l’une et l’autre. Avec un DIU, au moins, vous ne courrez pas le risque, lorsque l’une et l’autre reviendront à la normale, de constater qu’elles fonctionnent trop bien en vous découvrant enceinte.

IMPRIMER
Imprimer


RSS - Plan du site  - Site conçu avec SPIP  - Espace Privé