source - http://www.martinwinckler.com/article.php3?id_article=312 -



Qu’est-ce qu’on est bien quand on sait enfin dire non...
par Agnès

15 août 2004

J’aimerais apporter mon témoignage en ce qui concerne le sport et la santé (Pour lire les articles concernés cliquer ICI et aussi ICI). Pendant une vingtaine d’années, disons de 20 à 40 ans (j’ai 48 ans), j’ai fait du sport en suivant mon mari. De la plongée, de la natation, de la gym. Pfffff... c’était dur, j’avais l’impresion d’être sans cesse fatiguée. Mais je me débrouillais bien, j’ai une silhouette longiligne qui file dans l’eau...



Mais je mesure 1,75 m et je pèse 55 kg, rapport si léger qu’on ne veut pas de moi aux dons du sang. J’avais l’impression de laisser mes calories dans l’eau et d’être frigorifiée. Je trouvais drôle d’avoir un rythme cardiaque de 80 pulsations/min alors que j’étais assez sportive.

Et je m’entendais répondre par tout un chacun cette phrase surfaite : "Il faut faire plus de sport, il faut muscler ton coeur". Et moi de pousser un peu plus loin, de courir et de nager...Pfff...

Et un jour, la maturité et la sagesse faisant son oeuvre, j’ai envoyé promener tout le monde : le sport, et les sportifs, et leur idéologie. Je me suis rendu compte que je faisais du sport pour être dans l’air du temps, et que cela ne me convenait pas. Récemment, mon médecin de famille me dit : "Vos pulsations sont à 62 /min. Vous avez un coeur de sportive ! " Qu’est-ce que j’ai ri !

Je ne fais plus de sport et enfin le stress m’a lâché. Car mon coeur trop rapide était bien victime de stress : celui d’être obligé de suivre un mouvement à la mode !

Depuis je bulle : je n’ai pas pris un gramme pour autant, je suis une active (maîtresse de 30 élèves, et directrice de mon école). Mon sport ? : quand l’école me prend la tête, je marche à pied. Quand je veux, le temps que je veux, pour me promener. Et c’est tout.

Qu’est ce qu’on est bien quand on sait enfin dire non !

Agnès




Source - http://www.martinwinckler.com/article.php3?id_article=312 -